Mur végétaliséFaçades végétales

Plantes dépolluantes et décoratives

Découvrez les bienfaits des plantes dépolluantes pour la maison et le bureau. Comme nous passons jusqu’à 90% de notre temps à l’intérieur de nos maisons, appartements et bureaux, nous respirons un air chargé de substances nocives pour la santé. Heureusement, les plantes dépolluantes viennent à notre secours.

Cela surprend toujours d’apprendre que l’air intérieur comporte de 5 à 10 fois plus d’éléments polluants qu’à l’extérieur; que 8 à 20% des cancers sont directement attribuables notamment à des facteurs environnementaux; et qu’en 20 ans, les maladies allergènes ont pris de l’ampleur au point de doubler.

Plantes à privilégier

Par leur métabolisme, les plantes dépolluantes réduisent autour de nous une quantité importante d’éléments polluants (les composés organiques volatils) comme le benzène, le formaldéhyde, le monoxyde de carbone, le toluène et l’ammoniaque. En fait, trois plantes dépolluantes, de la liste qui suit, arrivent à assainir 30 mètres carrés de surface! La liste des plantes nettoyantes est assez étendue, mais voici la nomenclature des plus connues en Occident :
La Cholorophytum appelée « plante araignée », la Fleur de Lune, le Ficus benjamina, l’Epipremnum aureus, la Spathiphyllum, le Lierre Hedera helix, le Sansevieria trifasciata aussi appelé « langue de belle-mère », le Rhapis Excelsa, le Palmier-dattier, les Fougères, le Dracaena marginata, l’Azalée ou Rhododendron, le Chrysanthème et la Gerbera jamesonii.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour le bureau

Autour de l’ordinateur et ses périphériques, privilégiez surtout les cactus et les plantes grasses comme le Crassula. Non seulement, ces plantes constituent d’intéressants éléments décoratifs, mais elles contribuent à améliorer votre santé en éliminant une bonne partie des ondes électromagnétiques de votre environnement de travail.

D’autres plantes s’avèrent utiles dans ces conditions : l’Anthurium, l’Areca, le Chanaedorea, le Chlorophytum, le Chrysanthème, le Dracaena, le Philodendron rouge, le Phoenic Roebelenii, le Pothos, le Rhapis et le Spatiphyllum.

Le processus

Pour comprendre de quelle manière ces plantes arrivent à réaliser cette opération bénéfique, voici quelques explications. En premier lieu, les feuilles de la plante absorbent la pollution de l’air; puis des micro-organismes présents dans ses racines transforment les éléments polluants en nourriture végétale, qu’utilise la plante. De plus, celle-ci émet la vapeur d’eau dans l’air, ce qui améliore le taux d’humidité de la maison. Par le fait même, notre système respiratoire en bénéficie.

Note : on retrouve les composés organiques volatils (COV) dans les produits ménagers non biologiques, les colles, les peintures, les solvants et les lasures. Quant aux CO et CO2, ils proviennent surtout des appareils de chauffage. Les ondes électromagnétiques sont produites par les appareils électriques, la télévision, les ordinateurs, les micro-ondes, par exemple.

 

 

 

|Contact |Reproduction interdite : Mur vegetalise.com